Infrastructures ferroviaires : la Région s’engage

Transport de voyageurs ou de marchandise, la Région s’implique fortement pour préserver, améliorer les infrastructures, et même sauvegarder les services.

Financer les infrastructures ferrées

Selon la loi, les infrastructures de transport ferroviaires relèvent de l’État. Pourtant, le Centre-Val de Loire a fait le choix de s’engager dans le maintien et le développement de l’infrastructure ferroviaire sur l’ensemble de son territoire.
La Région se donne ainsi les moyens de sauvegarder le réseau – en particulier les lignes de desserte fine du territoire ou encore le fret – mais aussi d’améliorer ses performances, au bénéfice des habitants.

6 lignes régionales préservées grâce à l’implication de la Région
En 2018, un diagnostic de SNCF Réseau préconise la fermeture de 6 lignes régionales d’ici 7 ans. La Région décide alors de s’engager : elle financera 50% du coût des travaux de chaque opération, à parité avec l’État, pour préserver ces lignes.
En 2020, la Région et l’État signent un protocole d’accord pour le financement des lignes concernées. La Région financera intégralement 3 lignes (Tours – Chinon, Tours – Loches et Le Blanc – Argent). L’État et SNCF Réseau financeront ensemble la ligne Bourges – Montluçon. Enfin, les 2 lignes restantes sont cofinancées par la Région et l’État, dans le cadre du Contrat de Plan État-Région (CPER).

Préserver le transport ferroviaire des marchandises

Pour la Région, préserver le transport ferroviaire de marchandises – plutôt que de miser systématiquement sur le transport routier – est un objectif prioritaire. Ainsi depuis 2007, onze projets de sauvegarde de lignes capillaire fret ont été menés, pour un investissement total de 28 M€.

Parallèlement, depuis 2015, le Conseil Régional finance jusqu’à un tiers du coût des projets, lorsque les entreprises situées sur la ligne en financent un tiers également. L’État finance le dernier tiers.

Porter plus de projets avec un contrat de Plan État-Région

La Région ne se contente pas de maintenir les lignes régionales : elle veille à les améliorer et à les moderniser lorsque cela s’avère nécessaire. Pour financer ces améliorations, le volet Mobilités Multimodales du Contrat de Plan État-Région 2015/2020 (prolongé depuis) prévoit un dispositif clair et équitable : la complémentarité de financement entre l’État, la Région et les acteurs publics.

Pour améliorer ou maintenir des services ferroviaires desservant tout le territoire, la Région Centre-Val de Loire a réalisé d’importants investissements ces dernières années. Nous pouvons par exemple citer :

  • L’amélioration de la ligne ferroviaire Paris-Orléans-Limoges-Toulouse (POLT), avec la suppression de passages à niveau et la réalisation de nouvelles installations, pour un budget total de 40M€ dont 7,1M€ pris en charge par la Région dans le cadre du CPER.
  • L’amélioration du nœud ferroviaire de Saint-Pierre-des-Corps, le plus important avec 500 circulations par jour et 7 millions de voyageurs par an programmée hors CPER, pour un montant à répartir de 7 à 8M€.
  • L’allongement et l’adaptation des quais des gares de Dordives et Ferrière-Fontenay, pour respectivement 2,34 M€ et 1,8 M€, dont 1,05 M€ et 1,5 M€ pour la Région.
  • La réouverture aux voyageurs de lignes telles que les liaisons Chartres-Orléans et Orléans-Châteauneuf, réalisée progressivement de 2017 à 2020.

Autant de projets qui bénéficient directement aux usagers des transports ferroviaires de la région !

Le CPER, un véritable outil de développement
Un contrat de plan État-région, ou CPER (nouvelle fenêtre), formalise les engagements réciproques de l’État et de la Région, sur la programmation et le financement de gros projets d'aménagement du territoire. Ces projets peuvent concerner le soutien financier à des  filières d’avenir, mais aussi la création ou l’amélioration d'infrastructures.

Actus Centre-Val de Loire

Abonnez-vous à Actus Centre-Val de Loire pour recevoir la lettre d'informations de votre Région

Je m'abonne